vendredi 11 septembre 2015

Les agents immobiliers résistent au numérique


David Targy, directeur d'études Xerfi-Precepta explique pourquoi et comment la profession d’agent immobilier a si bien résisté à l’arrivée d’internet.
Une analyse intéressante à plus d’un titre :
-     - Non seulement, les agents immobiliers n’ont pas disparu, contrairement aux anticipations de certains, mais ils se sont même renforcés, avec une part de marché qui atteint 70% des transactions.
-       - L’essor des plateformes numériques qui mettent directement en relation les particuliers aurait pu précipiter la disparition des intermédiaires, jugés comme coûteux, mais il n’en a rien été.




Cette tendance, plutôt contrintuitive, s'éclaire à travers 4 points :
- l’agent immobilier a un rôle de tiers de confiance
- son intervention réduit l’asymétrie de l’information entre acquéreur et vendeur
- le professionnel sécurise la transaction par rapport à des sites d’annonces victimes d’escrocs
- dans le cadre de la négociation, il conduit à une convergence vers le prix du marché.

D’ailleurs, une étude menée par l’Université de Paris Dauphine et l’Ifop pour MeilleursAgents.com, indiquait qu’en 2012, 90% des personnes désireuses d’acheter ou de vendre un bien immobilier s’adressaient à un agent immobilier. (interview par Thibault Lieurade)

En outre, un particulier qui essaie de vendre en direct se prive des conseils et du relationnel de l'agent immobilier, perd beaucoup de temps en démarches et visites inutiles et, au final, a moins d’1 chance sur 5 de réussir sa transaction !!